04
février
Par

Projet de cinquième année, une série hebdomadaire d'articles écrit par les étudiants en conclusion de leur travaux. [1/5]

Dans le cadre de leur projet de parcours, Ruchele Pavanelli De Souza, Icaro Quites Rodrigues, Vinicius Rodrigues Granico et Geoffrey Valentin, quatre étudiants de la spécialité génie électrique en parcours usine du futur, ont eu l’opportunité de travailler sur un projet au cœur des problématiques de l’industrie 4.0 : l’intégration de l’impression 3D au sein d’une chaîne de production.

Ce projet évolue d’année en année en fonction des progrès faits par les étudiants.

La maquette peut-être scindée en deux phases :

  • Impression de la pièce 3D, écriture RFID
  • Lecture RFID et tri de la pièce 3D

La transition entre ces deux phases se fait au moyen d’une plateforme mobile autonome (AGV).

L’objectif final :  imprimer une pièce a distance, l’identifier en utilisant la technologie RFID et  la trier selon les données écrites précédemment.


MATéRIEL

Pour cela la maquette se base sur plusieurs éléments :

  • Automate Siemens : intelligence de la maquette, centralise et utilise les différentes informations
  • Imprimante 3D continue Tiertime X5 : imprime les pièces et les évacue au niveau de la porte latérale
  • Robot Dobot Magician : saisit les plaques et les transfère vers la plateforme mobile
  • Convoyeur Dobot : permet aux plaques d’avancer latéralement
  • Capteurs de distance IFM : permettent de contrôler le convoyeur et de démarrer le cycle
  • Têtes d’écriture/lecture RFID IFM : permettent d’écrire et de lire des informations sur des puces RFID
  • Véhicule guidé autonome SlamTec SDP Mini : transfère la pièce imprimée de la première phase vers la seconde phase
  • Robot Dobot Magician monté sur rail : saisit les plaques et les trie selon les données lues.

Les principaux défis à relever sont ici liés à la communication entre les divers éléments à asservir.


Démonstration

Fig. 1 : démonstration de la première phase et transport de la pièce

Crédit vidéo : R. PAVANELLI DE SOUZA / I. QUITES RODRIGUES


JUMEAU NUMéRIQUE

Ce projet a aussi été l’occasion pour les quatre étudiants ingénieurs de découvrir le jumeau numérique

Le jumeau numérique désigne la copie digitale d’une maquette réelle. Plusieurs niveaux de fidélité sont possibles :

  • Le jumeau numérique copie en temps réel la maquette réelle
  • Le modèle réel et le jumeau numérique sont confondus, tout changement sur l’un ou sur l’autre induit ou permet de simuler un changement sur l’un ou sur l’autre.

La première étape consiste à représenter tous les éléments en 3D. Ceux-ci peuvent par la suite être animés en utilisant des variables réelles utilisées par l’automate Siemens (intelligence de la maquette réelle). Les données transitent sur un serveur.

Figure 2 : jumeau numérique de la maquette réelle

GEOFFREY V.

Crédit rendu : G. VALENTIN


Texte : G. VALENTIN

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *