26
mars
Par

Les étudiants alternants de 4ème année en génie électrique (FIP GE4) à l'INSA Strasbourg sont formés à la communication scientifique dans le cours de synthèse d’activités. Aujourd’hui, Guillaume Blein et Corentin Krieger proposent d’explorer les utilisations et opportunités des véhicules à guidage automatique.

Texte rédigé par Guillaume Blein et Corentin Krieger

Un AGV, qu’est-ce que c’est ?

« L’AGV ou véhicule à guidage automatique, en anglais : Automatic Guided Vehicle, est un système de traction qui se déplace de façon autonome, sans intervention de l’homme. »
Wikipedia – 2020

Les AGV voient le jour dans les années 1950, directement inspirés des chariots de manutention. Ils permettent de déplacer de lourdes charges sans perdre de temps.

Aujourd’hui les chariots AGV sont de tous types : gerbeur, transpalette, frontal, tri directionnel, convoyeur. Il en existe en effet pour pratiquement n’importe quel usage dans une industrie actuelle.

Les AGV et la formation en génie électrique

Dans le cadre de la formation en alternance en génie électrique, les étudiants ont travaillé sur les applications possibles dans le domaine de l’usine du futur 4.0 à l’INSA Strasbourg en faisant une simulation en plateforme génie électrique (enseignement : Internet of Things – IoT). Le but était d’acheminer les pièces imprimées en 3D à un emplacement de rangement.

Valentin Gross

Photo 2 : simulation d’application de l’usine du futur en plateforme génie électrique à l’INSA Strasbourg

Pour cela, un robot type AGV de la marque Slamtec était à disposition. Deux élèves devaient le faire fonctionner de façon autonome afin d’acheminer les pièces à l’endroit de stockage des pièces. Cette maquette représente en taille réduite, ce que l’on retrouve généralement dans les usines du futur comme ont pu le découvrir les élèves en 3ème année.

Dans le cadre de l’enseignement « connaissance en entreprise », les élèves de 4ème année ont aussi eu la chance de visiter avec David Oget le 18 novembre 2019, l’entreprise ThyssenKrup qui disposait d’un grand panel de robots type AGV.

Valentin Gross

Photo 3 : élèves FIP GE4 (2018-2021) à ThyssenKrup, en novembre 2019

Ceci a suscité beaucoup de questionnement de la part des élèves présents sur ce nouveau type de robot qui commence à prendre une grande place dans nos industries :

« Comment cela fonctionne ? » ; « quels sont les risques » ; « quel est leur autonomie ? » etc.

Bénéfices des AGV dans les industries

  • durée de vie : la durée de vie d’un AGV industriel est de 40 000 à 50 000 heures de travail soit environ, selon les utilisations, pendant 7 à 20 ans de travail
  • retour sur investissement rapide : L’AGV industriel permet un retour sur investissement rapide, de 18 à 36 mois en moyenne, grâce à la réduction des coûts d’exploitation et de maintenance
  • tâches difficiles et répétitives : il existe un AGV pour pratiquement chaque besoin. C’est en ce sens que les AGV industriels peuvent éviter à une personne de faire des tâches répétitives ou difficiles durant une journée de travail complète
  • transport de charges lourdes : certains AGV peuvent transporter une charge allant jusqu’à quatre tonnes.

Les AGV et la sécurité

Les AGV industriels sont contraints à une multitude de règles et normes (directive machine 2006/42/CE et la norme NF EN 1525 par exemple) pour éviter tout accident matériel ou humain. Les nombreux équipements présents généralement sur les AGV comme les systèmes anti-collision, les éléments de signalisation (alarme, voyant lumineux et signaux sonores) ou encore les boutons d’arrêt d’urgence participent aux respects des normes. De plus, l’aménagement des locaux, une restructuration du plan de circulation ainsi que de nombreux balisages des zones de passage permettent de renforcer la sécurité.

Conclusion

Tous ces éléments contribuent à faire de l’AGV un équipement sécurisé et pratique, que ce soit pour les responsables d’entreprise avec un retour sur investissement rapide et une durée de vie importante, ou pour les ouvriers leurs évitant des tâches répétitives et éreintantes pour leur santé.

Cette solution ouvre également à de nouvelles problématiques liées notamment à la déshumanisation des usines. En effet, en plus du transport des pièces, on commence également à voir apparaitre des robots collaboratifs montés sur AGV pour assurer les taches de manutention répétitives.

Pour aller plus loin

Wikipédia – définition du véhicule à guidage automatique

https://www.basystemes.com/fr/agv/securite/

https://www.industrie-techno.com/article/8-chariots-entierement-automatiques.20761

https://expertise.boschrexroth.fr/vehicules-guides-autonomes-agv-usine-du-futur/

Crédit photo : Valentin Gross

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *